Ce projet à pour but est d'étudier les effets de la pollution de l’air sur les capacités de performance et l’impact sur la santé à court, moyen et long terme. Il est prouvé que la pratique physique est bénéfique pour la santé, mais est-ce toujours vrai lors d’effort intenses dans un environnement pollué ? 

3 capteurs de qualité de l’air (Air Quality Transmitter AQT530, Vaisala) seront placés sur le tracé du Sparnatrail. Ils seront fixés à 1,70 mètre du sol, pour simuler la hauteur de la bouche et du nez. Ils mesureront divers gaz et particules fines connus pour avoir des effets nocifs sur la santé.

Les effets de ces polluants seraient aggravés avec les efforts physiques intenses via l’augmentation de la fréquence et du volume respiratoire augmentant leur inhalation.

Ces données de qualité de l'air seront synchronisées avec les données de performances (vitesse, cadence, chronométrage, etc…) et les variables physiologiques des sportifs (Fréquence cardiaque, Fréquence et volume respiratoire, etc…). Ce projet est le premier à avoir une telle synergie entre les différentes composantes du sport, la performance et la santé avec des outils innovants. Il permettra ainsi de mieux comprendre l'effet des polluants sur le sportif.

Ce dispositif a déjà été mis en place sur l'ultra-trail scientifique de Clécy 2021.